Le comeback de PIF

Le comeback de PIF

Pierre-Yves Frappier a 37 ans et sa passion pour le skate est plus profonde que pour la majorité des jeunes de 20 ans que je connais. Suite à une dizaine d’années d’abus d’alcool et de drogues, PIF a décidé de changer sa vie, d’arrêter de concentrer son énergie dans sa destruction personnelle et de la rediriger dans le skate. Le résultat est sérieusement impressionnant.

On a décidé de jaser un peu avec lui pour parler de son passé trouble, de vaincre la dépendance et de skater à un niveau aussi élevé à 37 ans. Read on!

Sup PIF Chillin’. Je viens de me lever. Je ne travaille pas aujourd’hui alors j’en ai profité. C’est pas parce que t’as party hier? Nah, je suis toujours sobre. Ça fait combien de temps que t’es sobre exactement? Environs 5 1/2 Pendant combien de temps as-tu vécu la vie du party? J’ai toujours aimé faire le party. Je suis un gars gêné alors boire me donnait confiance en moi pour parler aux autres. Au début c’était pas un problème, mais quand j’ai commencé à travailler comme couvreur, c’est là que ça a mal tourné. J’ai commencé à faire du vrai argent. Laisse-moi te dire que je la dépensais aussi vite que je la gagnais.  

Comment tu décrirais les années que t’as passé à te péter la face? Ce sont des moments dont je me rappelle plus ou moins, tout ça est assez flou dans ma tête. Ce qui m’a le plus marqué est l’évolution du problème. Au début, je sortais avec mes amis, je découvrais le monde de la nuit, le monde du party. C’est cool, mais à chaque fois, je me disais que les habitués des clubs étaient des gens un peu weird. Drogues, alcool et débauche, pas le genre de personnes avec qui je trainerais en temps normal mettons. Next thing you know, ces gens de bars et de clubs sont devenus ma gang. Ceux avec qui je chillais à chaque jour. Tu skatais plus pendant ce temps-là. Je roulais sur mon board, mais je skatais pas vraiment. Pas de tricks Qu’est-ce qui t’as fait décider de tout arrêter? J’étais quand même bien là-dedans pendant les premières années, mais à un moment donné, ça a vraiment mal viré. J’habitais dans une chambre que je louais à la semaine et je parlais plus à mes parents. Des fois ils venaient me voir, mais je faisais semblant de ne pas être là. Après un dernier bender de 3-4 jours sans dormir, j’ai comme eu un reality check et je suis parti en centre de désintox, à la Maison l’Alcove à Saint-Hyacynthe. J’suis resté là pendant 21 jours. C’est le temps que ça prend pour vaincre l’addiction.

 

T’as jamais recommencé à boire après ça? Pas bu une goutte depuis ce temps-là. Quand je suis sorti de là, j’ai travaillé un peu au Empire. J’avais un peu peur de retourner couvreur et retomber dans la routine, le travail, faire de l’argent, la dépenser au bar, etc. Finalement j’ai déménagé à Québec et recommencé la toiture. Tout a bien été finalement. Alors t’as pas recommencé à skate tout de suite en sortant de désintox? Pas vraiment. J’ai recommencé à penser au skate progressivement. Je me concentrais plus sur rester sobre. J’ai recommencé à skate peu à peu, mais j’ai dû me réhabituer. Les gens autour de moi disaient «PIF a recommencé à skate» et ça me stressait. Au début je trouvais ça tough, j’étais pas à l’aise quand je skatais, mais c’est revenu progressivement. Clairement! T’es le skater le plus gnar du Québec et t’as 37 ans!! C’est quoi ton secret? C’est avec le skate que je compense pour ma dépendance à l’alcool. Le skate c’est mon way out, tu comprend. Si j’avais pas ça je sais pas ce que je ferais. Surement que je serais retombé dans la vie du party. Si je ne m’étais pas remis au skate, je sais pas si je serais resté bien enligné. T’es de retour sur le team Empire depuis à peu près un an, comment tu te sens par rapport à ça? J’me sens à la maison! J’ai commencé avec Empire et je suis stoked d’être back. Thanks!!

Les tricks que tu fais sont gnarly pour un gars de 37 ans. As-tu mal partout des fois? J’ai 37 et j’me sens comme si j’avais 27! Non, pour vrai, des fois j’ai mal, mais c’est normal je pense. L’autre jour j’ai essayé de kickflip les longues marches au carré D’Youville et j’ai eu mal après ça à cause que j’ai poussé comme un malade, mais pour vrai, en général je suis top shape. Irais-tu jusqu’à dire que t’es plus on point en ce moment que dans ta vingtaine? C’est même pas comparable. J’apprends des nouveaux tricks à chaque fois que je skate et je m’améliore à chaque année. Avant c’était la pente descendante et maintenant ça monte. Est-ce que t’as déjà regretté d’avoir pris le mauvais chemin alors que t’étais plus jeune par rapport à ta carrière de skate? Pas vraiment. Ce qui est fait est fait. Reste qu’il y a des tricks et des spots que je n’ai pas encore skate. Je vais les skater un jour, mais je regrette de ne pas les avoir skaté encore!

Haha! Aimerais-tu retourner skate El Toro? Ha! C’est clair que ça pourrait être cool. Sauf qu’il n’y a plus de rail au milieu… Faudrait que j’aille voir. Ça fait partie de tes plans pour cette année? C’est clair que je veux voyager et retourner en Cali pour skater tous les spots connus. 100%. Je viens aussi juste d’avoir mon permis alors j’irais probablement à Vancouver au mois de Mars prochain. J’me suis acheté une Grand Caravan 2013 et j’vais pouvoir mettre un matelas dedans alors j’vais surement trek autour du Canada. Avant tout ça, je vais bien profiter de l’été au Québec et skate tous les spots qu’on a ici!

CHEERS